Secret n°1: Parler pour mieux écrire

– J’en ai marre, trois fois que je recommence, ma phrase est incompréhensible!

Je relève le nez de mon ordinateur. A côté de moi, ma collègue Rebecca, brillante statisticienne, s’acharne à rédiger un petit texte pour expliquer ses données sur l’environnement.

– Qu’est-ce que tu essaies d’écrire ?
– Je veux expliquer le découplage.
– C’est quoi, le découplage ?
– Tu sais très bien ce que c’est.
– Non, j’ai oublié.

Rebecca sait que je sais très bien. Mais elle joue le jeu de bonne grâce. Alors, elle réexplique:

– Regarde la courbe des émissions de gaz à effet de serre dans le temps. Parfois ça augmente, parfois ça baisse, en fonction des politiques mises en place. Mais ce qui nous intéresse le plus, c’est de voir si elle colle à la croissance économique ou si elle s’en détache… Si elle est « couplée » au développement économique ou pas.

Et voilà.
– Quoi ?
– Voilà ce que tu vas écrire.

Quand on parle à quelqu’un, on s’exprime souvent beaucoup plus clairement que par écrit.

Pourquoi ? Sans doute parce qu’on va moins vite qu’à l’écrit. On cherche à se faire comprendre au lieu de faire du style. On avance une idée à la fois, au lieu de mettre quatre idées différentes dans la même phrase.

Regardez les phrases de Rebecca, au-dessus: il n’y a aucun jargon. Elle emploie une phrase par idée (ça, on en reparlera…). En somme, elle s’est bien adaptée à la personne en face d’elle.

Si vous avez du mal à expliquer votre propos, munissez-vous d’un collègue ou d’un ami. À défaut, d’une plante verte.

Expliquez-lui en parlant normalement. Et notez ce que vous venez de dire.

Oui, je sais, c’est magique.

Pour une raison que j’ignore (et que les psychanalystes s’acharnent à expliquer depuis un siècle), il se passe quelque chose quand on parle. Les idées se mettent en ordre, on utilise moins de mots compliqués. Et on est obligés d’être concret, ce qui est le secret suivant.

– Voulez-vous dire que vous croyez pouvoir trouver la réponse ? dit le Lièvre.
– Précisément, répondit Alice.
– Alors vous devriez dire ce que vous voulez dire, continua le Lièvre.
– C’est ce que je fais, répliqua vivement Alice. Du moins — je veux dire ce que je dis; c’est la même chose, n’est-ce pas ?
– Ce n’est pas du tout la même chose, dit le Chapelier.

Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles, 1865


Essayez, et racontez-moi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s